fbpx

Nos produits sont disponibles sur ULULE !

Comment apprendre à mieux gérer son stress

comment mieux gérer son stress
Partager cet article
Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email

Le stress. On le craint, le diabolise. Il nous gâche la vie, nous paralyse. 

Oui, mais… Et si, depuis tout ce temps, on se trompait ? Et s’il n’était pas un ennemi, mais un allié ? L’anxiété, loin de brider,  peut en réalité se convertir en quelque chose de positif et nous apprendre des choses. 

C’est, en tout cas, l’approche innovante de Claire Bonvalet. Cette spécialiste en gestion du stress, également membre du comité scientifique de Tilyo, intervient via sa société l’Happynous dans des entreprises, des écoles ou auprès de particuliers pour réintroduire un peu de bien-être, notamment pour réduire le stress au travail. Auto-massages, méditation, exercices de respiration, relaxation guidée, ateliers parents/enfants… Elle propose des outils accessibles permettant de se sentir mieux, de gérer ses émotions plus facilement et de se libérer du stress quotidien. 

Mais alors, comment apprendre à gérer cette tension ? Quels sont les facteurs de stress et les causes du stress ? Est-il possible de maîtriser le stress au travail ? Claire répond aujourd’hui à toutes nos questions sur ce trouble et ses conséquences sur notre bien être. 

 

Vous affirmez que c’est un allié. L’idée a de quoi étonner.   Est-il donc préférable d’apprendre à gérer son stress plutôt que l’éradiquer ?

On a tendance à considérer le stress quotidien comme un virus qu’on ne voudrait surtout pas attraper ! On dit : « Je suis stressé », comme on dirait « je suis malade », comme s’il s’agissait d’une malédiction et d’une faiblesse. On affirme venir d’une « famille de stressés » comme si cela constituait notre identité et qu’on ne pouvait pas vraiment lutter contre, une sorte de fatalité dont il faudrait bien s’accommoder. 

Mais non : 

  1.  le stress n’est pas une fatalité
  2. le bon stress peut nous permettre de nous dépasser ! !

 

Mais enfin, le stress paralysant et ses symptômes, qui nous pétrifient sur place et nous donnent des crampes d’estomac, n’est pas notre ami, on est bien d’accord ?

Ce stress-là, effectivement, ne nous veut pas que du bien !

Il existe, en réalité, deux types de stress. 

Il y a d’un côté un stress limitant, qui nous empêche de profiter de la vie. C’est celui qui provoque une accélération du rythme cardiaque, des troubles du sommeil, des migraines, des ulcères, entre autres symptômes du stress. Malheureusement, tout le monde le connaît… Il puise sa source dans l’environnement professionnel, social, environnemental, et depuis quelques années, il se nourrit aussi des nouvelles technologies, de la surinformation, des sollicitations permanentes, des réseaux sociaux et il peut mener au surmenage, notamment professionnel (plus communément appelé  “burn out”). Il est dangereux et nécessite, dans les cas extrêmes, une prise en charge psychologique ou médicale rapide. 

Mais il y a aussi ce que l’on pourrait appeler un « bon stress », le stress aidant. N’oublions pas que les premiers hommes, à la Préhistoire, ont pu survivre et évoluer grâce à lui. Il a permis à l’homme de réagir face au danger, de choisir la lutte ou la fuite, mais aussi de penser pour mieux sécuriser son environnement. L’adrénaline, la peur, la colère sont de puissants moteurs pour l’homme, causés par cette réaction. 

On imagine bien que l’inventeur qui trouve une idée géniale qui va révolutionner le monde a dû avoir de sacrés moments de tension, que la mère qui sauve son enfant de la noyade en décuplant soudainement ses forces le fait sous l’effet d’un stress intense, que le pilote de F1 qui est sur la ligne du départ du Grand prix de Monaco a tous ses sens en éveil, et sa jauge de stress au maximum. Cet état de tension, ce bon stress est avant tout vital à notre survie, utile à notre évolution et nous permet de nous dépasser. Ça donne un peu envie de l’aimer aussi non ?

 

Comment faire en sorte de gérer son stress au travail pour accomplir de grandes choses au lieu de nous limiter dans nos actions, alors ?

Il faut parler à notre cerveau et lui faire voir les choses différemment. Il faut reprogrammer son GPS intérieur et ses croyances, et oser s’appuyer sur lui comme sur une béquille. En faire un outil maîtrisé et non une réaction systémique du corps qui nous domine. On peut tout à fait devenir le maître de ses émotions – et non l’inverse !

 

C’est facile à dire, mais comment peut-on apprendre à gérer son stress ?

Apprendre à le connaître pour le dédiaboliser peut être un bon point de départ. Il s’agit là d’un sujet d’étude relativement récent d’un point de vue scientifique mais on en sait tout de même  beaucoup sur lui. Son histoire officielle commence en 1920 avec l’endocrinologue Canadien Hans Selye. C’est lui qui a mené des travaux pour en comprendre les mécanismes de cette réaction et a ainsi démontré qu’il avait un impact sur la santé.  

 

Quels sont les différents symptômes du stress ?

On sait aujourd’hui que ce trouble est un processus qui se développe en trois temps.

  1. D’abord il y a l’alarme : l’organisme produit de l’adrénaline. Cette étape est une préparation du corps à l’action stressante.
  2. Ensuite la résistance : l’organisme produit du cortisol dans le but de fournir l’énergie nécessaire à l’organisme pour faire face à l’action stressante. 
  3. Enfin, l’épuisement : il s’agit d’un total dérèglement du système de régulation. Les hormones pour combattre cette réaction naturelle sont produites en excès car l’organisme est en activité permanente pour lutter contre cette tension. Arrivé au stade de l’épuisement, il est important de consulter un médecin pour se faire accompagner correctement et ne pas passer à côté de quelque chose de très sérieux, sous prétexte que ce n’est « que du stress ». 

Pour résumer, le stress agit sur nos hormones d’une manière physiologique. Ce n’est pas que « dans la tête », c’est bien une réaction globale du corps. 

 

Quelles sont les causes du stress ?

On sait très bien comment le stress entre dans nos vies. Comme le cheval de Troie, il s’introduit par des petites portes, discrètement et une fois en place, il s’installe comme chez lui. Ces « portes » sont des stimulus physiques, mentaux, sociaux ou émotionnels qui surviennent de manière imprévisible ou non, auquel il faut s’adapter et s’ajuster. Quelles que soient les causes de cette perturbation, il existe 4 facteurs récurrents de stress, résumés dans les études sur le stress par l’acronyme CINÉ, pour Contrôle, Imprévisibilité, Nouveauté, Égo menacé.

 

Ces 4 facteurs de stress sont : 

  • Contrôle : une chose ne se passe pas comme prévu, un métro en retard ou un interlocuteur aux abonnés absents et c’est parti. 
  • Imprévisibilité : l’impossibilité de savoir comment les choses vont tourner, l’issue d’un examen ou d’un match de foot et voilà la montée d’angoisse.
  • Nouveauté : un nouveau patron ou un changement de statut familial (divorce, grossesse) une situation qui évolue radicalement et les nuits blanches qui pointent leur nez
  • Égo menacé : des critiques de la part d’un collègue ou une moquerie sur un aspect physique, quelqu’un qui remet nos capacités en question par son attitude ou ses paroles et voilà.

Si on ne peut s’affranchir complètement de cet état de tension (car il fait partie de nous), on peut tenter de le remettre “à sa place”, c’est-à-dire là où il ne nous empêche pas de profiter de la vie. Avec un  peu de volonté,  tout le monde est capable de gérer son stress ! 

 

Vous invitez vos interlocuteurs à devenir des « stressés heureux ». Comment y parvenir ?

D’abord, il faut garder en tête que nous ressentons tous du stress, quel que soit notre âge et notre profil, c’est sans doute un des dénominateurs communs de l’Humanité et comme nous l’avons évoqué, tant mieux pour nous ! C’est aussi une chance. 

Ensuite, il faut écouter ce que notre stress nous dit. Il faut apprendre à le voir avec bienveillance, en avoir moins peur. S’efforcer de penser de manière positive, le fameux « verre à moitié plein », changer de point de vue sur une situation, créer comme un écosystème bienveillant autour de soi. Ne pas se répéter que rien ne va, et maîtriser ses pensées, car il est prouvé qu’elles conditionnent nos comportements. Et surtout, savoir reconnaître rapidement les premiers symptômes du stress pour réagir vite et rechercher le calme et la sérénité. Pratiquer la méditation ou le yoga, trouver des espaces d’expression où partager son expérience, recourir à  des produits naturels sont autant de petites graines à semer sur le chemin qui mène au stress heureux. Et je vous assure qu’il y fait plutôt bon vivre ! 

Nos conseils, tous les mois dans votre boite mail !
Votre adresse email ne sera partagée avec aucun partenaire.

Sur le même sujet...

Tips

Les bienfaits des rituels matinaux

Qui parmi nous n’a jamais rêvé d’avoir plus de temps pour prendre soin de lui, d’être plus apaisé, moins stressé, de se connaître mieux, de se dépenser d’avantage…? Il n’est pas question ici de s’imposer

Découvrez Tilyo en avant première !

drop us a line and keep in touch

Rejoignez-nous

Produits en avant-première articles exclusifs

Rejoignez nous !

Inscrivez-vous à notre pré-lancement pour tester Tilyo en avant première.